Les routes et les aménagements modernes partagent plus de similitudes avec les vieux centres urbains qu’on ne peut l’imaginer. Et c’est le cas de la vaste ville de Teotihuacan, qui était déjà située à environ 40 kilomètres au nord-est de Mexico, il y a entre 1,5 mille et 2,1 mille ans.

A lire aussi : La cannelle est-elle utile pour abaisser le diabète ?

Des chercheurs de l’Université de Californie à Riverside ont utilisé l’instrument de balayage LIDAR – acronyme de lumière (lumière) et radar – pour identifier que les contours de l’ancienne ville de Teotihuacan se reflètent toujours sur les routes et les structures actuellement érigées au même endroit au Mexique.

La vallée de Teotihuacan, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Image : eskystudio — Shutterstock

Sujet a lire : Daniel Craig ne veut pas laisser sa fortune à ses filles

L’héritage des civilisations anciennes influence l’ingénierie mexicaine moderne

Publiée ce mardi (21) dans la revue scientifique One Plus, l’étude a mis en lumière certaines des techniques les plus incroyables réalisées par les habitants de Teotihuacan : rediriger les rivières pour qu’elles correspondent à des points d’importance astronomique et modifier de grandes quantités de sol et de roche pour façonner leur ville.

« Nous vivons avec l’héritage des actions passées », explique l’archéologue anthropologique Nawa Sugiyama, auteur principal de la recherche. « Dans une ville monumentale comme Teotihuacan, les conséquences de ces actions sont encore fraîches dans le paysage. »

En savoir plus :

Teotihuacan était l’une des plus grandes villes du monde antique, couvrant environ 21 kilomètres carrés. Il était composé de nombreuses pyramides, places et autres bâtiments commerciaux et résidentiels.

Certaines des structures de Teotihuacan existent toujours, mais beaucoup d’entre elles ont été perdues. C’est là qu’intervient la technologie de cartographie de l’air LIDAR, qui utilise la lumière laser réfléchie pour mesurer les structures et les matériaux souterrains.

L’analyse comparative entre les constructions historiques et modernes du Mexique utilise la fusion des données

Selon Science Alert, pour développer l’étude, les chercheurs ont utilisé une combinaison de données LIDAR, de recherches sur le terrain et d’informations précédemment cartographiées pour effectuer des comparaisons entre l’ancien Teotihuacan et l’actuelle vallée de Teotihuacan, aujourd’hui inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Vallée de Teotihuacan : Les contours de l’ancienne ville de Teotihuacan se reflètent encore dans les routes et les structures actuellement érigées sur le même site. Image : Arian Zwegers /Flickr /CC-BY-2.0

Ils ont constaté que 65 % des zones urbaines de la région contiennent des propriétés ou des entités qui s’alignent orthogonalement entre le 3e et le 15e degré à l’est du nord astronomique — le même alignement pour lequel Teotihuacan a été soigneusement construit.

De plus, les clôtures réseaux anciens, maintenant souterrains.

Les anciens Teotihuacans ont également beaucoup investi dans la redirection des rivières et la construction de canaux : selon les recherches, environ 16,9 kilomètres de voies navigables existantes trouvent actuellement leurs origines dans le paysage de Teotihuacan.

« Les trajectoires environnementales, culturelles et académiques uniques de la vallée de Teotihuacan soutiennent une définition multi-échelle de l’homme en tant qu’agents géomorphiques », indique l’article publié.

L’étude estime qu’environ 372 mètres carrés de sol artificiel ont été aménagés sur une période de 300 ans dans toute la région. Au total, il a été révélé que 298 éléments et 5 795 terrasses artificielles n’avaient pas été enregistrés auparavant, tandis que plus de 200 éléments existants et effacés par les activités minières ont également été observés.

L’équipe souhaite maintenant étendre son mappage LIDAR pour couvrir une zone plus large en trois dimensions, sur une période plus longue. « Nous ne pouvons pas lutter contre l’urbanisation moderne », déclare Sugiyama. « La carte LIDAR fournit un instantané de ces anciennes fonctionnalités supprimées à un rythme alarmant qui, autrement, passerait inaperçu. C’est l’un des nombreux moyens de préserver notre paysage historique. »